agriculture grèce antique

agriculture grèce antique

Posted by

Sa possession constitue en effet souvent une condition indispensable pour disposer des droits politiques jusqu'ici accaparés par les grands propriétaires : en réclamant un partage des terres, c'est aussi une démocratisation du fonctionnement politique de la cité qui est visé. Cependant, si la « triade méditerranéenne » céréales - olivier - vigne y tient une place prépondérante, la production agricole est pl… Flocks of sheep were herded between the valley in winter and the mountains in summer. Les Grecs pratiquaient en effet, la coltura promiscua, c'est-à-dire la plantation de céréales entre les rangs de vignes ou d'oliviers, du fait d'une part du faible espace cultivable disponible et d'autre part des atouts que représentaient la pratique d'une telle polyculture, à la fois pour répartir les risques et pour assurer l'entretien quotidien de l'oikos. On en trouve encore dans la Grèce classique (Démosthène, Chers., 45) mais à Olynthe les silos du VIe siècle av. Théophraste consacre plusieurs passages[105] à la conservation des semences, généralement pour l’année suivante, rarement davantage, et dans tous les cas, jamais au-delà de deux ans. Les femmes étaient en outre chargées de gérer les exploitations agricoles en cas de guerre avec une autre cité : les manœuvres avaient en général lieu l'été, période de faible activité, pour ne pas compromettre les récoltes et les semailles, mais à partir de la guerre du Peloponnèse, cette réduction temporelle des activités militaires dans l'année eut tendance à disparaître. While the Mycenaean civilization was familiar with the rearing of cattle, the practice was restricted as a result of geographic expansion into less suitable terrain. La philosophie politique athénienne[Note 50] propose en général de diviser la chôra en lots égaux (kleros) permettant à chaque propriétaire d'assumer ses devoirs vis-à-vis de sa famille et de sa cité, auxquels s'ajoutaient une petite parcelle pour faire du jardinage en ville (asty), ainsi qu'un droit à faire paître ses bêtes dans les marges (eschatiai). Roland Étienne, Christel Müller, Francis Prost, Catherine Grandjean, « Histoire économique et monétarisation de la Grèce à l'époque hellénistique », in. D'après Claire Balandier, « au temps de Périclès, plus de 20 000 ruchers ont été dénombrés en Attique »[93]. « Ces travaux, forts longs et coûteux, ne pouvaient être réalisés que par des paysans libres ne comptant ni leur temps, ni leur peine pour agrandir leur domaine sur des terres ingrates et pentues, dégager des profits, certes aléatoires, mais s'ajoutant à ceux plus réguliers des céréales et transmettre cet héritage précieux à leur descendance »[53]. Plus adaptée au caractère sec du climat égéen (200 à 300 mm de pluies annuelles lui suffisent) et à la médiocre qualité des terres[Note 5], grâce à des racines pénétrant plus profondément dans le sol, l'orge offre un rendement plus élevé que le blé[Note 6]. Compte tenu du montant très élevé du loyer (trois talents par an[Note 44]), la surface à exploiter, et donc les revenus à en tirer, devait être très importante, de l'ordre de plusieurs centaines d'hectares. L’économie de la Grèce antique se caractérise par une forte prégnance de l’agriculture, base de l’économie et de la société, d’autant plus importante que les sols grecs sont peu fertiles. With the exception of Athens, and a few areas where aerial surveys have permitted analysis of historical land distribution, agricultural property allocation is not well known. L’agriculture est le fondement de la vie économique en Grèce antique. Paper presented at the Ninth International Economic History Congress at Bern, August 1986." In, --. J.-C., on constate l'émergence de revendications récurrentes des groupes sociaux inférieurs, visant à une redistribution générale des terres et à une annulation des dettes. Cette concentration foncière à Sparte s'exprime dans la supériorité des écuries spartiates dans les compétitions hippiques, notamment à Olympie, dans la mesure où l'élevage de chevaux nécessite des propriétés de grande taille[179]. À la tête d'un kleros de 5 à 6 ha en moyenne (auquel pouvait s'ajouter des terres louées), possédant un attelage de bœufs (il fait partie de la troisième classe censitaire, celle des zeugites, « ceux qui possèdent un attelage », et sont donc en mesure de récolter 200 medimnes de grains chaque année), il est en mesure de s'équiper en hoplite pour participer à la défense de la cité au sein de la phalange. In Athens, the crisis was resolved with the arrival of Solon in 594 BCE. Ils en empêcheront les débordements, par des digues et des fossés, afin que les vallons, recevant et buvant ces eaux du ciel, fassent jaillir en bas dans les champs et en tous lieux des sources et des fontaines, et que les endroits les plus arides se remplissent d'eaux limpides. M-C. Amouretti, Le pain et l’huile dans la Grèce antique (Paris 1986). Les premières années sont déterminantes dans la réussite de la plantation, c'est pourquoi on prête beaucoup d'attention à l'arroser régulièrement et à le protéger du vent[57], comme Homère l'évoque dans l'Iliade (XVII, 53-58) : « On voit parfois un homme nourrir un plan d'olivier magnifique, en un lieu solitaire, un beau plan plein de sève, arrosé d'une eau abondante, vibrant à tous les vents qu'ils soufflent d'ici ou de là et tout couvert de blanches fleurs. Isabelle Pernin, « La question des baux dans la Grèce des cités », partie des tiges de céréales qui couvrent encore le champ après la moisson. Il faut y ajouter les herbes (sauge, menthe, thym, sarriette, origan, etc.) Ce caractère aléatoire de la production s'explique également par les accidents climatiques (déficits de précipitations, grêle), par les attaques de parasites (mouches, teignes, cochenilles)[61] par la pauvreté des sols, du fait du manque de soins ou des blessures éventuellement infligées à l'arbre lors de la récolte, notamment lorsque l'on utilise la technique du gaulage. Outre les exemples déjà cités, on peut citer le cas de la propriété d'un dénommé Aristophane (distinct de l'auteur comique), vaste de 28 hectares (300 plèthres), confisquée en -390 par l'État athénien[149], ainsi qu'une propriété de 5,5 hectares, citée en exemple par l'orateur Isée pour son exigüité[Note 58]. On élevait également chevaux et bovins en Épire, Béotie, Messénie et Eubée[6]. L ' dans l'agriculture 'Grèce antique Ce fut la base de 'économie le pays. Le blé poulard, représenté sur une obole d'Orchomène de Béotie, présentait un épi volumineux, un grain renflé. Une houe à deux dents (dikella) et un maillet complètent l’équipement pour casser les mottes de terre[101]. Voir plus d'idées sur le thème grece antique, grece, antiquité. It took until the Middle Ages for true plows which turned the earth to be widely adopted. J.-C.) pour l'olivier, le tout complété par la consommation de fruits. Outre les Geoponica (forme latinisée du grec Γεωπονικοι), compilation d'extraits d'agronomes antiques réunis par Cassianus Bassus au VIe siècle, Les Travaux et les Jours d’Hésiode (VIIIe siècle av. Il n’y a pas d’équivalent à notre mot « grange », certains termes semblent désigner des greniers publics ou religieux. L'ampleur de l'activité apicole semble confirmée par le fait que dans ses Lois, Platon distingue trois fonctions dans l'économie agricole : laboureur, berger et apiculteur[94]. Attributed to Mago the Carthaginian, the agricultural treatise Rusticatio, originally written in Punic and later translated into Greek and Latin, is now lost. Agriculture of Ancient Greece (Michael Lahanas at mlahanas.de): 6. Les olives tombées au sol ou sur des linges sont recueillies dans des paniers après qu'on les a séparées des feuilles et brindilles qui les accompagnent, en les « ventant »[Note 24]. Les cultures qui y étaient développées étaient variées, mais on est certain qu'à Délos au moins, elles étaient pour une part destinées aux céréales, dans la mesure où la largeur de certaines terrasses dégagées correspondaient à celle d'un attelage de bœufs tirant l'araire (les terrasses plus étroites étaient probablement vouées à la vigne et l'arboriculture). Même si la taille de ces domaines est nettement plus élevée que celle de la propriété moyenne attique (ce qui n'a rien d'étonnant dans une cité oligarchique), cela n'a rien de commun avec les ordres de grandeur romains ou perses[Note 56], d'autant que ces propriétés n'étaient pas en général d'un seul tenant du fait du caractère le plus souvent égalitaire des successions, qui divisait le patrimoine entre les différents fils : cette grande dispersion des parcelles[Note 57] encourage le fermage ou la gestion par un régisseur (epitropoi ou epistatai), en général d'origine servile[147]. En effet, l'olivier apprécie les collines, ce qui encourage d'autant plus à l'y installer que les terres basses sont prioritairement consacrées à la production de céréales. Les murs sont constitués de pierres à leur base et de briques crues sur le reste de la hauteur. ». Cette première pression à froid donnait une huile de qualité qui était utilisée pour la parfumerie, la pharmacie et l'alimentation. De fait, si une interdiction de vendre s'impose, au moins moralement, concernant le bien patrimonial, les acquisitions supplémentaires y échappent en général. Mais, outre un cycle végétatif plus long que celui de l'orge, le blé a l'inconvénient de réclamer des terres riches en azote et en phosphore, et de nécessiter une plus grande humidité (notamment des pluies abondantes en début et en fin de saison), de l'ordre de 600 mm de pluie, même si on peut obtenir une médiocre récolte avec des précipitations de l'ordre de 300-400 millimètres. L’« étroitesse » de la terre (στενοχωρία / stenokhôría) explique ainsi la colonisation grecque et l’importance qu’auront, à l’époque classique, les clérouquies d’Asie Mineure dans le contrôle du ravitaillement en blé. Pressée, la pâte d'olives rendait un mélange d'huile et d'eau qui se déversait de la table de pression dans des vases en terre cuite ou des cuves en pierre de taille où, après décantation, l'huile, plus légère, surnageait et pouvait être recueillie. La conquête de la Grande Grèce va permettre l'introduction de techniques agricoles intensives carthaginoises et grecques qui consistent en l'exploitation de vigne et d'arbres fruitiers comme l'olivier. Ainsi les montagnes, connaissent des hivers rigoureux et enneigés. » Peter Garnsey, « Le rendement de la terre », « Il est certain que les céréales, qui sont la base de l'agriculture européenne, ont été importées : cela est assuré pour le froment et l'épeautre, dont il n'existe pas de variété sauvage en, « Ses racines se contentent de terres minces et caillouteuses, à condition qu'elles aient été bien travaillées. The growing of olive trees dates back to early Greek history. L'huile produite lors des deux pressions suivantes, stimulées par l'adjonction d'eau bouillante, était réservée à l'éclairage et au graissage[74]. De fait, le prestige de la possession de la terre rend les citoyens enclins à s'en réserver la possibilité, dans la mesure où le rapport de force reste en leur faveur : les cités et les îles où les clérouques athéniens se sont vu attribuer des lots[Note 64] ont dû se résoudre à ce que des étrangers possèdent la terre de la cité, du moins jusqu'à ce que la thalassocratie athénienne soit liquidée. Leur caractère précieux est souligné par le fait que dans les baux de location de bâtiments du sanctuaire de Délos, il est précisé dans le bail si le bien est loué avec porte ou sans porte. L'arboriculture fruitière tient également une place non négligeable : figues, amandes, grenades sont récoltées avec soin. Il reviendra aux femmes et aux esclaves de le moudre et d’en faire du pain pour le blé, de le griller et de la moudre pour l'orge, à l'aide d'un mortier et d'un pilon, puis de plus en plus à partir du IVe siècle, avec un moulin à trémie[Note 36]. L'huile d'olive constituait pour les Grecs un apport essentiel de lipides dans une société où la consommation de viande et de produits laitiers était faible. La réalité du parcellaire est pourtant en général bien différente : les terres de chaque exploitant sont souvent dispersées, notamment du fait du système de succession égalitaire entre tous les enfants mâles pratiqué en général dans les cités grecques. Les grappes sont prélevées, à l'aide d'une serpette de fer, au fur et à mesure de leur maturité, comme le préconise Ischomaque dans l’Économique[35] de Xénophon : « lorsque sa fécondité nous montre ici des raisins mûrs, là des raisins encore verts, elle nous invite à les cueillir, comme on cueille des figues, au fur et à mesure qu'ils se gonflent de suc », et placées dans de grands paniers d'osier tels qu'on en voit sur de nombreux vases attiques[36]. On procède enfin au vannage, opération consistant à lancer en l'air dans de grands paniers plats le mélange de grain et de balle, le vent emportant cette dernière[6]. It did not take long … Essentiel pour tenir un siège, le problème des réserves à grains a été soulignée par un ingénieur grec du IIIe siècle av. Elles sont la propriété de la cité elle-même, d'une division administrative (par exemple, en Attique, un dème) ou d'un temple. On perçoit une volonté d'appliquer ce modèle dans les cités coloniales, lors des redistributions de terres à Sparte à la fin du IIIe siècle av. Une main-d'œuvre extérieure devait également être mobilisée quand les meules et les broyeurs étaient d'usage collectif, afin d'éviter tout engorgement des installations. Cows were also sometimes raised, although they were not as common as other farm animals. Si les Anciens sont bien conscients du meilleur apport nutritionnel du blé (dans un même volume, le pain de froment est le plus calorique), l'orge est nettement plus cultivée car moins exigeante et d'un meilleur rendement. Si Hésiode est cité par tous les agronomes latins comme le premier du genre, si Xénophon a produit le plus ancien manuel qui nous soit conservé, Théophraste avait été sous-estimé ; père de la botanique, il restait considéré, pour l'agronomie, comme un téoricien coupé des réalités. Elle était fréquemment dévolue à l'alimentation des esclaves, voire à celle des soldats en cas de difficulté, comme Philippe V, bloqué en Carie, le fit en 201[78]. Les moutons et les chèvres ne sont pas issus de la domestication d'espèces sauvages grecques : l'Europe ne fait pas partie de leur aire de développement initial (au contraire du bœuf et du porc) : ils ont donc été ont été importés d'Asie à l'époque néolithique. »[50]. En partie au moins du fait du climat, il semble qu'ovicaprins comme bovins stabulent peu, ce qui rend le fumier animal difficilement récupérable[6]. [5] Wax was also produced, used in the lost wax process to produce bronze statues as well as in medicines. L’abondante main-d'œuvre nécessaire à la culture de la vigne est sollicitée, outre pour toute une série de travaux d'entretien (taille, piochage, épamprage, amendement) tout au long de l'année[34], pour les vendanges, en septembre/octobre et le foulage des récoltes. After that process, people could drink the ambrosial wine and enjoy it. Before the 5th century BCE, it is certain that the land belonged to great landowners, such as the Attican Eupatrides. L'impact sur les rendements ne fut cependant pas particulièrement notable[15]. Dans le cas des terres sacrées, propriétaire et bailleur sont clairement distincts : la terre appartient au dieu (ainsi, Apollon est le plus gros propriétaire des Cyclades, grâce aux terres et bâtiments qu'il possède à Délos, Mykonos et Rhénée), la communauté qui la gère n'étant que bailleur : on doit de ce point de vue « distinguer la gestion de la terre dite « publique » de celle de la terre sacrée »[175]. « Signe que, pour des raisons d'économie, on l'employait souvent »[66], la méthode est dénoncée par les agronomes antiques[Note 21], qui recommandent au contraire la longue et coûteuse cueillette à la main (y compris en grimpant dans les arbres), seule méthode à même à leurs yeux de ne pas abîmer les olives comme l'arbre qui les porte. De fait, comparativement à la vigne, peu de soins sont dispensés à l'olivier, même si cette pratique est souvent combattue par les agronomes antiques[Note 20]. Elles réduisent fortement l'espace disponible pour la culture et l'élevage et compartimentent l'espace de chaque cité, encourageant l'autarcie en matière agricole. Tools remained mediocre and there were no inventions to lighten the work of either man or animal. Ancient Greek agronomy was also influenced by Babylonian agriculture through the work of 4th century writer Vindonius Anatolius who influenced the 7th century writer Cassianus Bassus.

Hôtel Avec Piscine île De France, Cloîtrée Mots Fléchés, Parc Songeons Compiègne Horaires, Cake Nature Healthy, Bibliothèque Mériadeck Bordeaux, Fiche De Lecture Word, Recette Gingembre Viande, Le Lion D'or La Petite Pierre, Bavarois Framboise Facile,